21 décembre 2021

Design et pub en Mauricie: Du talent à revendre

Par Denis Roy

Pour ce troisième et dernier volet de ma modeste série sur le design graphique, j’ai choisi de répondre à une seule et dernière question : «Comment on se démarque de nos jours en Mauricie?»

 

Il faut d’abord dire qu’il y a beaucoup de créatifs remarquables actifs ici ou qui sont originaires de chez nous. À preuve, j’ai décidé de ne vous parler que de professionnel.les que je connais personnellement. À n’en pas douter, il y en existe plusieurs autres, mais l’objectif étant de vous brosser un portrait du talent d’ici, je crois que l’échantillon que je vous propose remplira largement cette tâche.

Outre le fait qu’ils sont toutes et tous à un stade de leur carrière où ils œuvrent en direction artistique et de création, ils et elles touchent pour la plupart à de multiples disciplines graphiques qu’ils combinent pour donner vie à des idées qui se démarquent par leur originalité, leur impact et leur justesse créatives. Dans leur quotidien, typographie, illustration, photographie et rédaction sont amalgamées pour donner naissance à des concepts qui servent admirablement bien les marques de leurs clients.

Kombu et La Sainte Paix pub québécois (Drummondville), la Maison Rocheleau (Trois-Rivières) et restaurant Sardines (Québec)

Marie-Michelle Dupuis

On ne le souligne pas assez souvent, mais la typographie est probablement l’outil le plus précieux du designer… de LA designer dans ce cas-ci. C’est également l’aspect qui permet le mieux de juger du niveau de maîtrise graphique; un peu comme le dessin pour les arts visuels. Et c’est une des premières choses qui m’a frappé chez Marie-Michelle, son amour des lettres et son inventivité quand elle joue avec leurs formes et les marie en des ensembles uniques qui se démarquent par leur personnalité. Elle se qualifie d’ailleurs elle-même de «type maniac». Autodidacte en calligraphie, elle ajoute à son arc la corde de l’illustration lorsque requis.

Dans les environs du centre-ville de Trois-Rivières, on est exposé à ses créations au détour de chaque rue : Café Frida, Marché Notre-Dame, Le 507 (dont elle est une des cofondatrices), Flambette (dont elle est copropriétaire), Pompon Laine Café, Maison de débauche, Atelier Silex… et ça, ce n’est qu’en bas de la 40!

Un des cris de ralliement de l’équipe d’Egzakt immortalisé par Marie-Michelle Dupuis sur un des murs de l’agence Acolyte (2016)

Nouvelle identité de Culture Trois-Rivières – auparavant Corporation de développement culturel de Trois-Rivières (2017)

Sébastien Roy

En plus d’avoir fait une partie non négligeable de mes 400 coups avec ce charmant jeune homme que je connais depuis bientôt 25 ans, nous avons été complices sur certains des plus beaux mandats que j’ai eu la chance de réaliser au cours de la dernière décennie. Sébastien est un directeur artistique dans le plus pur sens du terme; il saisit la subtilité des enjeux liés à chaque mandat, capte les valeurs et la culture organisationnelle de ses clients, maîtrise toutes les nuances de l’image et sait travailler en mode collaboratif.

Avec lui, chez Egzakt et Acolyte on a eu le plaisir de développer plusieurs identités et campagnes marquantes pour Les Rivières, Le Temps d’une Pinte, Culture Trois-Rivières, la ville de Bécancour, le Musée POP, Marmen et le Collège Laflèche. Plus récemment, on lui doit entre autres des contributions à des projets d’envergure comme la Route des Brasseurs et la Distillerie Wabasso.

Nouvelle identité visuelle du Musée POP – auparavant Musée québécois de culture populaire (2018)

Les visuels des trois premières bières en canettes du Temps d’une Pinte créés par Sébastien, à partir des œuvres de Guillaume Massicotte et de Fontaine Leriche (2017)

Olivier Charland

Olivier est une bébitte ben spéciale. Issu d’une famille très respectée du milieu des arts visuels, je le connais «depuis qu’il est haut d’même». Parfait hybride entre l’artiste et le designer, il a une démarche très personnelle et une signature visuelle ultra distinctive. Durant son parcours académique à l’École de design de l’UQÀM, il s’est illustré au sein du collectif l’École de la Montagne Rouge dont je vous ai parlé dans l’article précédent. Depuis, son style, sa créativité et son professionnalisme l’ont amené à travailler avec et pour Red Bull, Vallée Duhamel, Sid Lee, Collins NYC, Sagmeister & Walsh, ICI ARTV et l’équipe de design d’Apple en Californie. Il est cofondateur du studio Par Hasard et, en octobre dernier, il a illustré le thème mensuel mondial des CreativeMornings, un peu plus de six ans après avoir été le premier conférencier du chapitre de Trois-Rivières.

Illustration de la thématique mensuelle globale de CreativeMornings choisie par le chapitre de Trois-Rivières (octobre 2021)

Campagne d’affichage pour le YMCA

Décor pour le Red Bull Music Academy | Montréal (2016)

Une des délicieuses exécutions de la campagne on ne peut plus vintage pour le lancement du premier produit – Crèmette – du collectif la Crémerie des Trois-Rivières avec une de leurs ambassadrices, Gabrielle Cosette, co-propriétaire du Café Frida (2021)

Carolane Godbout Isabel

Quand est venu le temps de me remplacer comme directeur de création lorsque je me suis lancé en politique municipale, les gars d’Acolyte auraient difficilement pu faire mieux qu’en intégrant Carolane dans leur équipe. Originaire d’ici, mais ayant débuté sa carrière dans la métropole – principalement chez Sid Lee et Akufen – elle a choisi de revenir au bercail pour jouir d’une meilleure qualité de vie. Son arrivée a coïncidé avec la nouvelle lancée de l’agence de la rue des Forges avec de nombreux mandats importants : la Route des Brasseurs, Sweet Sixteen, l’INRS et la Distillerie Wabasso qui a procédé à l’immanquable lancement du projet Crémerie des Trois-Rivières/Crèmette conjointement avec le Temps d’une Pinte. En parallèle, elle prend sous son aile quelques clients coups de cœur pour qui elle crée des images de marque toute en finesse comme les Savons Milca, le Mezcal ou Weekend Warrior. Lors de l’édition 2021 du Concours Idéa de l’A2C, elle était membre du jury dans la catégorie création publicitaire.

Mezcal, Sweet Sixteen (2020-2021)

Distillerie Wabasso, Weekend Warrior (2020-2021)

Pochette de l’album La science du cœur de Pierre Lapointe (2017)

Pascal Blanchet

Le dernier exemple de la richesse de notre filière graphique n’est pas un designer à proprement parler, mais un illustrateur de haut vol dont la renommée a depuis longtemps franchi nos frontières nationales et qui en est venu à toucher de multiples modes de création (édition, publicité, cinéma, etc.). Pascal possède un style reconnaissable entre tous qui rappelle fortement la période streamline du style Art déco et qu’il parvient à renouveler sans cesse au gré des projets dans lesquels il s’investit. La typographie (qu’il maîtrise mieux que bien des graphistes) fait depuis longtemps partie intégrante de plusieurs de ses créations. Pas étonnant, puisqu’il voue une affection toute particulière à l’affiche.

Publicité fictive pour le film The French Dispatch de Wes Anderson (2021)

Une bonne part de son activité gravite autour d’une spécialité exigeante: l’illustration éditoriale. Ses œuvres ont été publiées dans de nombreux grands magazines internationaux comme Monocle, The New Yorker et Scientific American Magazine. Depuis plus de 15 ans, il conçoit également des romans graphiques comme La Fugue ou Rapide-Blanc et des albums jeunesse dont Le Noël de Marguerite – avec l’autrice India Desjardins – qui s’est mérité le prestigieux Prix Ragazzi en 2014. Sa collaboration avec des artistes d’autres disciplines ne se limite pas au livre. En effet, il a créé les pochettes de deux albums de Pierre Lapointe (Paris Tristesse et La science du cœur) et a contribué aux décors de deux films de Wes Anderson (Isle of Dogs et The French Dispatch). Finalement, en 2019, il a réalisé son premier film d’animation Le cortège produit par l’ONF en collaboration avec le cinéaste Rodolphe Saint-Gelais. Si vous n’êtes pas étourdi·es après tout ça…

Même si je n’ai qu’effleuré le sujet tant il est riche, j’espère sincèrement que cette série d’articles sur le design graphique et la pub au Québec et en Mauricie aura piqué la curiosité de certain·es d’entre vous par rapport à ce vaste domaine en constante évolution, au sein duquel œuvrent des artisans passionné·es, et qui offre de multiples opportunités de collaborations interdisciplinaires.

Cet article est le dernier d’une série de trois. Pour lire le premier, c’est par ici ; pour lire le deuxième, c’est par .

Collaboration à la rédaction de Cindy Rousseau

Vous avez aimé?

Partager :

Vous aimeriez aussi