16 mai 2024

Lumière sur la vaporeuse et mystérieuse Verlene

Par Elizabeth Leblanc-Michaud

Gabrielle Proulx vit une double vie. De jour, elle enseigne la guitare et le chant choral à l’école secondaire Chavigny. De soir, elle est Verlene, autrice-compositrice-interprète vaporeuse, mystérieuse et ô combien talentueuse!

Petit retour sur mon entretien avec cette passionnée de philosophie, d’histoire, de musique et de symbolisme.

Il était une fois Verlene

C’est en 2014 que la carrière solo de Gabrielle Proulx prend son envol avec le lancement de son premier simple « Florence ». Chantant alors sous son vrai nom, ce n’est que trois ans plus tard que l’autrice-compositrice-interprète originaire de Trois-Rivières prendra finalement le nom de scène Verlene, quelques mois après la naissance de son garçon.

« J’avais besoin d’une échappatoire où je n’avais aucune limite. Je me suis donc créé un alter ego qui pouvait faire ce qu’il voulait, qui n’avait pas de responsabilité. Juste pour connecter comme il faut à la création, pour me libérer de mes responsabilités et pour m’émanciper. »

Aujourd’hui, Verlene c’est tout un univers. Un monde vaporeux, empreint de poésie et de symbolisme où règne sorcières, sirènes et autres créatures homériques. Le tout, sur des airs de pop baroque et de rock alternatif qui ne sont pas sans rappeler certaines des inspirations de l’artiste comme Florence + The Machine, Alanis Morrissette et Radiohead.

Pour Gabrielle, Verlene lui permet également d’explorer ses nombreux centres d’intérêts, en plus de sa passion pour l’écriture et la musique.

« Je cherchais un concept qui allait plaire à ceux qui me suivent et qui allait m’alimenter intellectuellement. J’ai toujours aimé le côté mystique des choses. Tout ce qui est symbolique, occulte, l’histoire, la philo… Je cherchais un concept qui allait rassembler tous ces centres d’intérêts-là. »

Image issue du vidéoclip de la chanson de Verlene « La tout et le néant » inspirée de l’arcane majeur TEMPÉRANCE XIIII du tarot de Marseille. © Sara Christelle Baril

Le tarot de Marseille comme inspiration

Depuis la naissance de Verlene, ce sont deux mini-albums, Immoler les ombres et Corset de chair, un spectacle immersif, Verlene en forêt, et un premier album, Arcanes Majeurs, Vol. 1, qui ont vu le jour.

Ce dernier, inspiré des travaux du philosophe français Christophe Poncet sur les origines du tarot de Marseille, représente pour l’artiste des années de recherches, de réflexions et de composition.

Le but de Gabrielle avec ce premier opus d’une série de deux? Rendre le tarot et ses symboles « accessibles au plus grand nombre. » Pour accompagner l’album, l’autrice-compositrice-interprète a d’ailleurs fait illustrer un jeu de tarot sur mesure par l’illustratrice Marie-Alex Morin, disponible à l’achat sur sa boutique en ligne.

Arcanes Majeurs, vol. 1

« On a tellement de talent dans la région. Je trouve ça important de faire briller ce qu’on a ici. C’est pas parce qu’on est en région qu’on est moins hot. »

Gabrielle Proulx, alias Verlene

Image issue du spectacle immersif Verlene en forêt tourné à l’amphithéâtre du parc récréoforestier de Saint-Mathieu-du-parc. © Alexis Boucher des Studios Équinoxe

Revenir au bercail

Bien que née en Mauricie, Gabrielle a habité Montréal pendant dix ans avant de revenir s’installer avec sa petite famille à Trois-Rivières en 2020. Lorsque je lui demande comment elle trouve son « retour au bercail », c’est avec sérieux qu’elle me répond : « Quand je suis partie de Montréal, j’avais un gros réseau. Je me suis dit « Qu’est-ce que ça va faire sur ma carrière? » Pis honnêtement, ça n’a jamais aussi bien été que depuis que je suis revenue. »

Depuis, c’est entourée de plusieurs artistes d’ici qu’elle crée au gré de son inspiration. Parmi ses collaborateurs et collaboratrices récurrent·es, on compte son conjoint, l’auteur-compositeur-interprète Sylvain De Carufel, la photographe et vidéaste Sara Christelle Baril et le musicien, arrangeur et réalisateur Philippe Coulombe.

« On a tellement de talent dans la région. Je trouve ça important de faire briller ce qu’on a ici. C’est pas parce qu’on est en région qu’on est moins hot. »

« Ça me touche profondément qu’on ose présenter mon répertoire. Qu’il prenne le risque de présenter une artiste qui est encore en train d’émerger. »

Gabrielle Proulx, alias Verlene

Image prise lors d’une pratique de Verlene avec l’Orchestre pop de Trois-Rivières en amont du spectacle Verlene symphonique présenté les 18 et 19 mai 2024 à la salle Anaïs-Allard-Rousseau. © Louis Dupont

Un rêve devenu réalité

Gabrielle a toujours rêvé de jouer avec un orchestre. Imaginez son plaisir lorsque Michel Kozlovsky, directeur musical et chef d’orchestre de l’Orchestre pop de Trois-Rivières lui a offert de revisiter son répertoire après avoir vu Verlene en forêt, ce spectacle immersif tourné à l’été 2023 à l’Amphithéâtre du parc récréoforestier de Saint-Mathieu-du-Parc.

« Ça me touche profondément qu’on ose présenter mon répertoire. Qu’il prenne le risque de présenter une artiste qui est encore en train d’émerger. »

Désireuse de « redonner au suivant », Gabrielle a proposé à celui qu’elle appelle affectueusement Michel d’inclure quelques jeunes de sa classe de guitare et de sa classe de chant choral au spectacle, ce que le l’ancien directeur général du Conservatoire de musique de Trois-Rivières a gentiment accepté. Au total, ce sont donc une trentaine d’élèves du secondaire de l’école secondaire Chavigny qui monteront sur scène aux côtés de Verlene et des muscien·nes de l’Orchestre pop les 18 et 19 mai prochains.

Image tirée du vidéoclip de la chanson de Verlene La 5e essence inspirée de l’arcane majeur LE MONDE XXI du tarot de Marseille et mettant en scène plusieurs jeunes de 5e secondaire de l’école secondaire Chavigny. © Sara Christelle Baril et Pascal Germain

Donner sa chance à la relève

Pour Gabrielle, son spectacle symphonique avec l’Orchestre pop sera sa troisième expérience de travail à laquelle prendront part des jeunes musicien·nes de la relève. En effet, lors de son spectacle présenté à l’été 2022 au FestiVoix, l’enseignante avait d’ores et déjà impliqué six jeunes guitaristes. D’autres ont également pris part au tournage de son vidéoclip pour La 5e essence, tourné l’été dernier. Chaque fois, elle s’émerveille devant ces jeunes qui s’investissent corps et âme dans ses projets. « Je les trouve tellement fins, beaux, pis motivés. Ils ont des étoiles dans les yeux. Des fois, j’en suis émue. »

Vidéoclip de la 5e essence

Selon Gabrielle, vivre une expérience du genre dans l’adolescence peut être hautement formateur. On y apprend à écouter, à se discipliner, à travailler en équipe, à gérer son stress, mais aussi et surtout, on se découvre. En ce sens, c’est avec une pointe d’émotion dans la voix que l’enseignante m’avoue : « Si je n’avais pas vécu d’expériences similaires à leur âge, je ne ferais sans doute pas de musique aujourd’hui. » Heureusement qu’on peut compter sur des passionné·es comme elle pour laisser sa chance à la relève!

Envie de découvrir l’œuvre de Verlene en version pop symphonique? On vous invite chaleureusement à assister à son concert avec l’Orchestre pop de Trois-Rivières présenté les 18 et 19 mai prochains à la salle Anaïs-Allard-Rousseau. Pour plus d’info, c’est par ici. Si jamais vous ne pouvez y être, sachez que Verlene sera également en prestation au FestiVoix le 5 juillet à 19h30 sur la scène éphémère de Culture Trois-Rivières situé à la place d’accueil du festival.

Vous avez aimé?

Partager :

Vous aimeriez aussi